Réforme des rythmes scolaires

En ne respectant pas l’obligation de consulter le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ministériel avant de publier, le 26 janvier dernier, son décret n°2013-77 « relatif à l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires », le ministère a commis une erreur de droit symptomatique de sa précipitation à vouloir imposer sa prétendue refondation.

Vous trouverez les nouvelles modalités de temps partiel pour les personnels enseignants du premier degré, en fonction dans les écoles ayant adopté les nouveaux rythmes scolaires à la rentrée 2013.

Les modalités d’application du décret dans le privé sous contrat et ses conséquences.

Jean-François Fontana, responsable parisien du syndicat Sud Education est interrogé par Vaea Devatine à la veille de la grève du 12 février 2013 lancée par l’intersyndicale des enseignants et des syndicats de la Ville de Paris.

Mardi 12 février, journée nationale de grève dans l’Éducation nationale pour une autre politique pour l’école.
Les syndicats parisiens SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE-UNSA, SUD Éducation, CGT Éduc’Action et CNT Ste appellent à la mobilisation.

Voir aussi l’article :
En grève le 12 février

Le décret du 24 janvier 2013 relatif à l’« organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires » vient de paraître.

Le site du Sundep Sud-Est publie une analyse de Sud Éducation Loire sur l’application envisagée par la ville de St Etienne dans l’application de la réforme des rythmes éducatifs.

Les fédérations FERC CGT, FNECFP FO, SUD ÉDUCATION, CNT, réunies le lundi 28 janvier 2013, soutiennent les initiatives qui ont déjà été prises et qui seront prises par les personnels et leurs organisations syndicales.

Elles appellent les personnels à se réunir et à construire la mobilisation par la grève le 12 février 2013 :

  • pour une amélioration des conditions de travail et de rémunération,
  • pour l’abandon du projet de loi d’orientation sur l’école,
  • pour l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires.

Dès octobre nous dénoncions les « propositions » du gouvernement sur les rythmes scolaires qui conduisent à une dégradation très importante… du rythme de travail des enseignant-e-s !

SUD éducation refuse que la question des rythmes scolaires occulte tous les autres aspects de la politique éducative du gouvernement, alors que celle-ci ne rompt pas avec la transformation libérale de l’école - La réforme des rythmes est un enjeu pour les élèves, pour les familles (et donc pour l’ensemble de la société), ainsi que pour les personnels, enseignants et agents municipaux - Le projet du ministère pose des problèmes pour l’ensemble de ces aspects.