Retrait du projet de loi Travail

http://www.solidaires.org/-Droit-du-travail-non-a-la-loi-El-Khomri-

Communiqué régional unitaire

Déclaration commune CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL.

La loi travail a été votée et promulguée le 9 août. Non-événement au parlement puisque c’est le 49-3 qui a eu raison de la démocratie représentative… Pour toutes celles et tous ceux qui ont battu le pavé ces derniers mois, fait grève, occupé les places, organisé des actions, des blocages, la question n’est pas réglée. Nombre de nuits debout, de rencontres, de débats sont déjà prévues et le 15 septembre une journée intersyndicale aura lieu. De même, l’affaire a rebondi en Europe avec la loi Peeters en Belgique et la mobilisation est encouragée dans d’autres pays. A cette heure, nous ne savons pas à quoi va ressembler cet automne après ce printemps que nous avons partagé avec l’enthousiasme de ceux et celles qui luttent. Les syndicats opposés à la loi doivent se retrouver et Solidaires propose de discuter des moyens qui peuvent permettre de continuer l’action dans la rue, les entreprises et les services, ou en justice. En attendant, nous revenons sur le fond pour que nous ayons tous les moyens d’engager la bataille. Nous donnons là un panorama de la loi travail avec l’ensemble des dispositions adoptées, certaines sont largement connues, d’autres nous avaient encore échappées.

Ce projet est né d’une réflexion sur les moyens d’aider Nuit Debout à passer l’été et à perdurer après la rentrée.

A la Game Jam, week-end organisé par Jeux Debout et consacré à la conception de jeux, une idée ludique a vu le jour pour entretenir la motivation des troupes si / quand elles partiraient en vacances.

Vacances Debout consiste en un cahier de vacances de la Nuit Debout comprenant des jeux, des dessins, des chansons, des poèmes, etc.

Communiqué des unions régionales Île-de-France CGTFO – FSU – SOLIDAIRES et des organisations étudiantes et lycéennes UNEF – FIDL – UNL

Faute pour Solidaires d’avoir été invité à la table des négociations, nous vous faisons part de ce communiqué de la CGT, lu le 29 juin devant le Premier ministre et la ministre du Travail, portant sur la violation des conventions fondamentales de l’OIT (Organisation internationale du travail) qu’entraînerait l’application de la Loi El Khomri. De plus, d’après des experts onusiens en droit du travail, le projet, à son stade actuel, semblerait déjà hors-la-loi internationale. Là où l’on attendrait au moins une réaction du gouvernement, il n’en est rien. Que valent les conclusions de l’ONU et de l’OIT devant les désirs pressants du MEDEF, aux yeux de ce même gouvernement ? Rien. Et lorsqu’on entend un Premier ministre, interrogé sur le risque de dumping social, répondre « Je prends le risque ! », on peut s’interroger sur le degré d’aveuglement de néo-libéraux qui se réclament de Jaurès.

Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL, suite à l’intersyndicale nationale du 30 juin.

Une soixantaine d’intellectuels, de militants et de syndicalistes appellent à résister au gouvernement et poursuivre les grèves, blocages et occupations.

CGT – FO – FSU – Solidaires – UNEF – FIDL – UNL d’Ile-de-France Une seule solution... poursuivons ! Massive, dynamique, combative, revendicative, la manifestation nationale unitaire du 14 juin a été une très grande réussite. Les salariés, les sans-emplois, les jeunes, les étudiants étaient venus en (...)

Les propos tenus dernièrement par le Premier Ministre et le Président de la République, reprenant ceux du Medef, visant à criminaliser le mouvement syndical en l’assimilant à un mouvement terroriste, constituent un pas supplémentaire insupportable dans la dérive autoritaire d’un gouvernement qui n’accepte pas que son projet de Loi travail soit repoussé par plus de six Français-es sur dix (sondage L’express du 16 06 2016).

L’obstination du gouvernement à faire passer à coup de 49.3 son projet de loi travail et l’utilisation de la répression contre les mouvements qui luttent depuis le 9 mars renforcent la détermination des manifestant-es et des grévistes. Les trois quarts de la population rejettent ce projet de loi et ne supportent plus un gouvernement au service du MEDEF dont la soif de régression sociale n’est jamais assouvie. Le gouvernement tente de déminer la situation au moment où les grèves s’enchaînent aux manifestations et actions de blocages. Les mesurettes sectorielles, et pour certaines déjà prévues, ne suffisent pas. Nous voulons le retrait du projet de loi travail car la loi aurait un impact majeur et durable sur la vie au travail de tou-tes les salarié-es et demain pour les personnels du public.

Pour une grève massive le 17 mai et sa reconduction le 18 mai.

JEUDI 12 MAI 2016 MANIFESTATION INTERPROFESSIONNELLE UNITAIRE 14H – DENFERT ROCHEREAU VERS L’ASSEMBLÉE NATIONALE

28 avril : Appel commun Ile-de-France et tract Solidaires

Maintenant la question est : comment gagner ? Aujourd’hui pour aller plus loin, pour gagner le retrait, Solidaires propose de travailler en mobilisant tous nos points d’appui : • Assurer avec l’intersyndicale, la coordination étudiante et toutes les autres forces mobilisées aujourd’hui le succès de (...)

Nouveau communiqué de l’intersyndicale nationale appelant notamment à une nouvelle journée de grève interprofessionnelle et de manifestations le 28 avril.

Ordonnancement :

  • Les cortèges jeunes derrière le carré de tête (comme le 31 mars)
  • SOLIDAIRES
  • FSU
  • FO
  • CGT

communiqué intersyndical joint

Appel de syndicalistes contre la loi travail avec la liste des 100 premier/ères signataires, dont des militant-es de Solidaires. Cet appel est également soumis aux signatures des structures syndicales qui le souhaitent.

Il est en ligne sur le blog dédié : http://onbloquetout.org/ Et également une page Facebook : https://www.facebook.com/On-Bloque-Tout-1689008504685992/

Tract intersyndical du 13éme arrondissement de Paris d’appel à la grève et à la manifestation du 31 mars

COMMUNIQUÉ COMMUN CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

[!sommaire]Pour de nouveaux droits dans le public comme dans le privé ◊ Pour la réduction du temps de travail à 32h, et l’amélioration des conditions de travail. ◊ Pour des droits nouveaux du salarié : ⇒ Solidaires revendique dans le secteur privé un nouveau statut des salariés qui instaure une (...)

 

Meeting unitaire pour exiger le retrait de la loi El Khomri, mercredi 23 mars, 18 h 30, salle des fêtes de Montreuil - Place Jean-Jaurès - métro Mairie de Montreuil M9

La loi travail annonce des remises en causes fondamentales qui concernent les salarié-es comme les syndicats. Les premières réactions et les mobilisations ont obligé le gouvernement à revoir à la fois son calendrier et la forme de son projet. Il a opéré des reculs sous la pression de la rue mais des orientations essentielles et particulièrement néfastes pour les travailleuses et travailleurs demeurent. Le patronat ne s’y trompe pas et Gattaz le dit dans une note interne : « sur les lignes rouges qui avaient été évoquées, nous avons été écoutés » (le Canard enchaîné du 16 mars). De plus, le gouvernement maintient dans son projet les jalons lui permettant de continuer à avancer sur les sujets controversés : code du travail, conventions collectives, enjeux des accords dérogatoires, enjeux autour du télétravail et du décompte du temps de repos par exemple. Enfin, s’agissant des jeunes, les mesures annoncées peuvent difficilement promettre un avenir : peu d’engagement financier pour les jeunes en difficulté et une perspective pour tous et toutes d’un CDI de plus en plus précaire…

En mars 2012, un mois avant le 1er tour des élections présidentielles, François Ruffin rencontrait Nicolas Doisy, chief economist à Chevreux (Crédit agricole), l’un des plus grands courtiers d’Europe. Celui-ci faisait part du plan de bataille des financiers en cas de victoire de François Hollande. Pour les marchés, l’enjeu était de flinguer le contrat CDI et d’imposer à la France plus de plans d’austérité… Une vidéo (10 min) qu’il est bon de (re)voir aujourd’hui avec l’actualité du projet de loi Travail.

Selon le récit mis en scène par les médias, les concessions faites par le premier ministre sur le projet de loi en feraient un « texte équilibré » comme sont censées le montrer les réactions symétriques du patronat qui proteste contre les « reculs » du gouvernement et de syndicats qui comme la CFDT parlent d’un texte « porteur pour les jeunes et les salariés ». La réalité est bien différente.

En complément de la fiche de Solidaires « Connaître ses droits pour la faire respecter » consacrée au droit de grève, une note qui précise un certain nombre de points pour les journées du 17 et 24… et la suite.

Communiqué de l’intersyndicale CGT, FO, SOLIDAIRES, FSU, UNEF, UNL, FIDL qui appelle à la manifestation du jeudi 17 mars à République à 13h30

L’opération de communication de Valls sur les quelques « concessions » annoncées aujourd’hui sur la loi travail ne change rien sur le fond de sa logique libérale, déjà contenue dans les rapports Combrexelle et Badinter : la liberté renforcée de licencier, les accords entreprise par entreprise détruisant l’égalité de traitement des salarié-es, et toutes les attaques sur le temps de travail, demeurent.

Voici la première étape filmée de la mobilisation pour le retrait total de la « Loi Travail » :

  • du siège du MEDEF au ministère du travail
  • de République à Nation

Avec le projet de loi « travail », l’état d’urgence économique et social proclamé par le président de la République débouche en réalité sur un véritable choc d’insécurité sociale. Mais du plus profond de notre société, du monde du travail, de la jeunesse, monte aujourd’hui un refus déterminé et massif. L’appel à la mobilisation générale le 9 mars a déjà provoqué un premier recul du gouvernement, qui a repoussé la présentation du projet de loi au Conseil des ministres. Le 9 mars, c’est le retrait définitif de ce projet que nous exigerons tous ensemble.

On trouve dans le projet le concentré des volontés patronales et le gouvernement a décidé d’y accorder toute son attention. Il n’a pas cédé à une quelconque pression, il va même plus loin que les demandes sur certains points. Il partage les analyses et les objectifs du patronat : renforcer la compétitivité et les marges des entreprises, ce qui serait le moyen d’une relance de la croissance et de l’emploi à terme. Et pourtant cette méthode déjà mise en œuvre a échoué créant chômage, précarité et désespérance sociale.

Signer la pétition "Loi Travail : non, merci !"

Plus de 800 000 signatures le 29 février 2016

9 mars : contre le projet de loi El Khomri

Jour de présentation au Conseil des ministres Le 9 mars, le projet de loi sera présenté au Conseil des ministres ce mercredi 9 mars. Ce devrait être une première occasion d’exprimer dans la rue une opposition massive et résolue. L’Union syndicale Solidaires sera présente à Paris à 14h place de la République et dans de nombreuses villes où se discutent en ce moment des rassemblements unitaires.

Le dossier complet avec les mobilisations, le matériel de campagne, les argumentaires…

Rassemblement, mercredi 9 mars, 14 h , place de la République

Articles glanés sur le Net.

Communiqué de presse des organisations CFDT, CFE-CGC, CGT, FSU, UNION SYNDICALE SOLIDAIRES, UNSA, UNEF, UNL, FIDL.

Le projet de loi sur la négociation collective, le travail et l’emploi sera présenté dans quelques jours au Conseil des ministres. Il contient des dispositions gravissimes.

Articles : 0 | 10 | 20 | 30 | Tout afficher