L’enseignement catholique s’invite dans le débat

Publié le mercredi  25 janvier 2012


Avec la publication, le 24 janvier, d’un « Manifeste », l’enseignement catholique veut peser sur le débat éducatif. « Le système éducatif doit faire l’objet d’une réflexion renouvelée aussi bien sur les objectifs qu’il se fixe que sur les moyens qu’il se donne. Acteur à part entière du service public de l’Éducation nationale, l’Enseignement catholique a décidé de participer à cette réflexion en mettant en avant les leviers sur lesquels il lui paraît indispensable d’agir pour réussir l’école de demain », affirme le « Manifeste de l’école catholique au service de la nation » rendu public par Eric de Labarre, secrétaire général de l’enseignement public (coquille dans l’article du Café pédagogique : Eric de Labarre est secrétaire général de l’enseignement catholique !).

Ce court texte propose surtout une réforme de la gestion du système éducatif, car « il n’est pas possible d’aller plus loin dans la révision générale des politiques publiques sans entreprendre une réorganisation structurelle du système éducatif ».

Les principes de cette réorganisation sont l’autonomie des établissements, l’affirmation du rôle du chef d’établissement qui doit évaluer les enseignants, la différenciation des parcours, la personnalisation, l’évaluation régulière des acquis. Le manifeste descend dans les détails en demandant « la globalisation de la DHG ». Certains principes semblent un peu contradictoires comme, par exemple la différenciation des parcours et la référence à une école du socle.

La proximité entre ces principes et le programme de l’UMP amènera-t-elle l’enseignement catholique à choisir un camp aux présidentielles ?

Le manifeste

L’enseignement catholique pour une réforme structurelle


Source : Le Café pédagogique