Les nouveaux profs du privé n’auront pas accès aux ÉSPÉ (Écoles supérieures du professorat et de l’éducation) ?

Publié le dimanche  8 septembre 2013


Alors que le gouvernement est en train de créer les ÉSPÉ (Écoles supérieures du professorat et de l’éducation), le décret du 23 août 2013, paru le 27 août au Journal officiel, précise les éléments de réforme du recrutement et de la formation des maîtres des établissements privés sous contrat et confirme les établissements de formation supérieure (comme les ISFEC par exemple, pour l’enseignement catholique) dans ce même rôle de formation pour les maîtres du privé sous contrat. Ces derniers suivront, au cours de leur stage, « une formation organisée, dans le cadre des orientations définies par l’État, par un établissement d’enseignement supérieur, visant l’acquisition des compétences nécessaires à l’exercice du métier ».

Pas de changement notoire en cela, puisque cela fait déjà de très nombreuses années qu’ils jouent ce rôle en partenariat étroit avec le corps d’inspection (tant au niveau des contenus de formation que des conditions de validation et de titularisation des futurs professeurs). Ce décret correspond à une nouvelle formulation des liens entre établissements de formation supérieure et corps d’inspection, rendue nécessaire par les dernières réformes concernant les conditions d’organisation de l’année de stage et d’obtention de la titularisation.

On aurait cependant pu attendre d’un gouvernement qui se dit socialiste qu’il permette aux maîtres du privé d’avoir droit à la formation dispensée par les ÉSPÉ, plutôt que de confirmer et renforcer le rôle des établissements de formation supérieure privés.

Le texte du décret