(Fp) Les pigeons ne sont pas ceux que l’on croit !

Quatre pages Solidaires Finances publiques
Publié le mardi  20 novembre 2012


Voici plus de six mois que le changement de politique a été annoncé lors de la campagne présidentielle. Cette promesse a suscité chez un grand nombre de citoyennes et citoyens, agents publics de surcroît, de véritables attentes tant la période précédente fut marquée par une série de mesures destructrices pour l’emploi, le pouvoir d’achat et la cohésion sociale.

La crise qui depuis 2008 frappe notre pays, au même titre que les autres pays européens, s’est traduite, au delà de la dégradation dramatique des conditions de vie, par une accélération des politiques d’austérité commandées par le pouvoir financier qui édicte les règles du jeu sur l’ensemble de la planète.

Désormais, aucun pays n’échappe à cette règle qui fut fortement portée en son temps par le couple Merkel Sarkozy. La Grèce, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, et aujourd’hui la France, sont au cœur de ce cyclone dévastateur que rien ne semble vouloir arrêter.

Certain-e-s auraient pu croire en avril dernier que notre pays allait enfin pouvoir rompre avec ces logiques assassines pour les peuples.

Le candidat élu avait pris des engagements contre le projet de pacte budgétaire (Merkel Sarkozy) et avait placé son programme sur la justice et les solidarités.

La fiscalité au cœur de ce programme était qualifiée de redistributrice et pour une fois la volonté affichée de la réformer dans sa globalité était annoncée.

Les services publics étaient mis en avant comme étant un des fondements de notre appareil républicain.

En cette fin d’année 2012, où en sommes-nous ?

Lire la suite en cliquant sur l’image


Source : Union syndicale Solidaires

Documents joints

PDF - 604.7 ko