Appel à manifester mercredi 14 novembre partout en Europe

Publié le dimanche  11 novembre 2012


Un appel du Sundep Sud-Est à manifester le 14 novembre.

Mercredi 14 novembre, pour la 1re fois de façon coordonnée, des actions interprofessionnelles auront lieu en Grèce, au Portugal, en Espagne, en Italie, en Allemagne, en Belgique, en Suisse, aux Pays-Bas, en Slovénie, en Tchéquie, à Chypre, à Malte… avec des manifestations partout à l’appel de la Confédération européenne des syndicats (CES).

En France, l’intersyndicale CGT, CFDT, FSU, UNSA et Solidaires appelle l’ensemble des salarié-e-s du public et du privé à se mobiliser pour l’emploi et la solidarité en Europe, contre les mesures d’austérité (voir article).

La « crise » du système capitaliste est le prétexte dans tous les pays européens pour s’attaquer aux services publics et aux droits sociaux. Les mesures d’austérité ne font qu’aggraver la crise et jettent des millions de personnes dans la misère et l’angoisse. Elles provoquent licenciements et précarisation des conditions de travail tant dans le privé que dans le public. En France, après une misérable « hausse » du SMIC, l’adoption du Pacte budgétaire européen (TSCG) et la préparation d’un budget 2012 d’austérité, le « Pacte de compétitivité » décidé suite au rapport Gallois prévoit encore un cadeau au patronat de 20 milliards d’euros financé sur le budget de l’État par une hausse de la TVA, l’impôt le plus injuste qui touche principalement les couches populaires obligées de consacrer l’essentiel de leurs revenus à la consommation.

Le budget 2013 prévoit dans l’éducation une hausse limitée à 0,6 % (après une baisse de 0,4 % en 2011). Il n’y aura que 8781 postes réellement créés (hors remplacement des départs à la retraite), soit 10 % seulement des 80 000 emplois perdus sous l’ère Sarkozy. Et la baisse supplémentaire des dépenses publiques de 10 milliards prévue par le Pacte de compétitivité risque de remettre en cause les projections promises (60 000 recrutements supplémentaires sur 5 ans).

Les premières mesures concrètes prises par le ministre montrent la faiblesse du changement et la soumission aux logiques d’austérité européenne :

  • - concours : si le nombre de places aux concours internes augmente dans le privé, celui des concours externe stagne et les concours et examens réservés aux enseignants précaires (très nombreux dans le privé sous contrat : 14 % en moyenne) sont reportés à 2013-2014 ;
  • la réforme sur les « rythmes scolaires » au nom de l’intérêt des enfants aboutit à faire travailler les enseignants une demi-journée de plus alors que leur temps de travail est déjà parmi les plus élevés d’Europe (cf. article) ;
  • plusieurs mesures mettent l’école sous la coupe des logiques d’entreprise :

Pour imposer des alternatives, comme dans les autres pays européens, nous ne pouvons compter que sur nos mobilisations. Une mobilisation importante ce mercredi sera un premier pas vers une convergence européenne des populations pour empêcher la catastrophe que le capitalisme nous promet pour demain.

Un préavis de grève est déposé par Solidaires fonctions publiques qui couvre l’ensemble des enseignants du privé. Les personnels de droit privé n’ont pas besoin de préavis.

Manifestons nombreux mercredi 14 novembre !