Tous et toutes dans la rue, le samedi 2 octobre !

Publié le vendredi  24 septembre 2010
Mis à jour le mercredi  29 septembre 2010

À l’appel de : SOLIDAIRES, UNSA, FSU, CFTC, CGT, CGC, CFDT et FO
samedi 2 octobre 2010
tous dans la rue

Mobilisation des salariés, des jeunes, des chômeurs et des retraités

  • Pour le maintien de l’âge légal à 60 ans
  • Pour le maintien à 65 ans de l’âge de départ sans décote
  • Pour une retraite à taux plein avec 37 ans ½ de cotisations
  • Pour obtenir un vrai débat sur les moyens de financement

Le chômage des jeunes et des plus de 50 ans ne cesse de croître.
Les mesures d’âge et l’allongement de la durée de cotisation auront deux conséquences majeures :

  • l’augmentation du nombre de retraités pauvres, victimes de décotes importantes, en premier lieu les femmes,
  • l’augmentation du nombre de chômeurs et principalement les jeunes et les plus de 50 ans.

Refusons cette régression
Exigeons le retrait du projet de loi
Tous à la manifestation

Après les grèves très suivies de septembre, une mobilisation massive samedi contraindra le gouvernement à reculer.

À Paris,
Parcours : départ 14h30 de République, en direction de Nation (en passant par Bastille)
Formation du cortège Solidaires, boulevard du Temple, à hauteur de la rue Jean-Pierre Timbaud
Sundep-Solidaires se regroupera à hauteur des Sud Santé-Sociaux

Ordre des cortèges syndicaux :
Solidaires UNSA FSU CFTC CGT CGC CFDT (FO ?)

Proposition d’ordre du cortège Solidaires :

  • Ballon Solidaires + camion sono + SNUI/SUD Trésor
  • SUD Collectivités Territoriales + sono
  • SUD Santé- Sociaux + sono + Sundep-Solidaires
  • SUD Rail + Ballon + sono
  • SUD Ptt + Ballon + sono

Des informations sur Demosphere 

JPEG - 59.1 ko

Une fois de plus le gouvernement Fillon adopte une attitude totalement fermée, malgré plus de 3 millions de manifestant-e-s qui refusent le projet de loi. L’intoxication gouvernementale sur l’inéluctabilité du report à 62 ans de l’âge légal du droit au départ et à 67 ans pour une retraite sans décote ne fonctionne pas. L’aggravation des injustices et des inégalités engendrées par leur contre-réforme et le choix de faire supporter l’essentiel du financement par les salarié-e-s ne passent plus.

Contrairement à ce qu’affirme le gouvernement, l’idée qu’il existe des alternatives crédibles grandit de jour en jour notamment celles appuyées sur une nouvelle répartition des richesses pour maintenir et améliorer le système de retraites par répartition.

Tous et toutes dans la rue, le samedi 2 octobre !

Au lendemain de la journée de grève et manifestations du 23, l’ensemble des organisations syndicales nationales appellent à des manifestations partout en France le samedi 2 octobre.

Prolongeant les très fortes mobilisations du 7 et du 23 septembre, les manifestations du samedi 2 octobre permettront de nous rassembler encore plus nombreuses et nombreux : salarié-e-s du secteur privé et du secteur public, chômeurs/ses, retraité-e-s, jeunes, nous serons des millions dans la rue pour exiger le retrait du projet de loi concocté par le patronat et le gouvernement.

La lutte s’enracine dans le pays

Le 23, il y a eu énormément de manifestant-e-s et aussi beaucoup de manifestations dans des petites villes où cela n’est pas courant : c’est un signe fort du rejet très massif du projet de loi, dans l’ensemble de la population.

De même, la participation des salarié-e-s du secteur privé aux manifestations se renforce.

Des blocages ont été organisés de manière unitaire dans plusieurs zones industrielles.

La construction d’un mouvement reconductible est nécessaire

L’Union syndicale Solidaires affirme qu’un affrontement central avec le gouvernement est nécessaire pour gagner.

Plusieurs assemblées générales représentatives de grévistes se sont prononcées en ce sens. Des syndicats, et pas seulement Solidaires, prennent position pour la grève générale.

Un appel de syndicalistes unitaires circule : www.syndicalistesunitaires.org

L’idée de grève générale progresse. Nous pensons qu’il est de la responsabilité des organisations syndicales de donner aux salarié-e-s tous les outils pour la construire.

Unité dans l’action, pour gagner le retrait du projet !

Six organisations syndicales ont décidé de repousser la prochaine journée nationale de grèves et manifestations au 12 octobre. Encore une fois, nous regrettons ce refus de « battre le fer quand il est chaud » et n’avons pas signé le communiqué décidant cette date bien éloignée ; mais nous en prenons acte et réaffirmons notre volonté de tout faire pour que les salarié-e-s gagnent le bras de fer engagé par le gouvernement.

L’Union syndicale Solidaires

  • appelle à une forte mobilisation nationale le 2 octobre
  • soutient les grévistes qui ont reconduit le mouvement
  • réaffirme la nécessité d’un mouvement de grève d’ampleur, le plus rapidement possible
24 septembre 2010

Documents joints

Manif 2010-10-02