Grève et manifestation du 19 mars 2009

Publié le samedi  14 mars 2009


La mobilisation du 29 janvier a contraint le président de la république à annoncer quelques mesures pour tenter de calmer le mécontentement.

As-tu vu le 29 ? Écoute et regarde le 19 !

JPEG - 22.5 ko
 

Sur le fond la politique du pouvoir ne change pas.

- 13 500 postes (1 100 dans le privé) sont supprimés à la prochaine rentrée.
-* Les salaires des enseignants sont toujours quasi bloqués.
-* Les rectorats imposent un taux d’heures supplémentaires égal à 6,1 % de la dotation de chaque établissement. Les précaires seront les premières victimes de cette mesure.
-* La réforme des secondes est toujours à l’ordre du jour avec des expérimentations dès la prochaine rentrée.
-* La semaine de quatre jours dans le premier degré, les nouveaux programmes et l’aide personnalisée sont à l’origine de nombreuses contestations mais le ministre ne revoit pas sa copie.

Pour les personnels rémunérés par les établissements, bien peu d’accords durables de revalorisation salariale sont signés alors que le coût de la vie ne cesse de grimper pour les produits et les services de première nécessité. Pourtant la situation financière des établissements permet de répondre aux revendications.

Tous ceux, ainsi que leurs proches, qui ont eu de graves problèmes de santé ont pu constater que l’hôpital manque cruellement de personnels. Le pouvoir nie cette réalité et le plan Bachelot prévoit de réduire encore les capacités d’accueil ainsi que l’effectif des personnels soignants.

Pour exiger une autre politique en faveur des salariés et des services publics,
afin de répondre aux besoins de la population,
 
Tous en grève le jeudi 19 mars 2009,
Tous à la manifestation, à l’appel de toutes les organisations syndicales.
 
Rendez-vous à 14h, place de la république, angle du boulevard du Temple et rue JP Timbaud,
sous les drapeaux SOLIDAIRES et SUNDEP, pour un défilé en direction de Nation via Bastille.

Télécharger le tract de Solidaires Paris

Télécharger le tract du Sundep Créteil-Paris


A l’exception des enseignants du premier degré, aucun personnel n’a l’obligation de se déclarer gréviste avant le 19.

RAPPEL : les personnels rémunérés par les établissements privés peuvent cesser le travail à l’heure qu’il souhaitent pendant la durée qu’ils décident. Un arrêt d’une heure = une heure de paye en moins. Ils n’ont pas de préavis à déposer.

Par ailleurs l’article 2 de la loi 2008-1258 du 3 décembre 2008 permet de négocier une prime maximale de 1 500€. Ce mouvement du 19 mars est l’occasion de porter l’exigence d’une négociation avec les directions d’établissement.


Documents joints

Affiche Solidaires 090319
Affiche Sundep IDF 090319