François Hollande combat SUD et répond à la CGT

Publié le dimanche  16 décembre 2007


Dans sa revue de presse de la semaine (« Les échos de la semaine », datée du 13 décembre), Politis a cité les propos de François Hollande, publié dans l’édition du 26 novembre de Sud-Ouest. Intitulé « Hollande combat SUD », l’écho indique que le premier secrétaire du parti socialiste « se félicite de l’évolution réformiste de la CGT », ainsi que l’écrit le journaliste Bruno Dive.
« On a intérêt à ce qu’elle évolue [la CGT] ; le syndicalisme que l’on doit combattre, c’est celui de SUD », peut-on lire dans cet article entièrement consacré au chef de file des socialistes.
Vous trouverez ci-dessous les suites de ces déclarations ; elles sont reprises du Blog des rédacteurs de Politis.

Les commentaires de François Hollande sur le syndicalisme ont rencontré un franc succès. Au moins deux quotidiens régionaux, un quotidien national et Politis (dans ses échos) ont relaté la vision très sélective du premier secrétaire du parti socialiste. Au point que celui-ci revient sur des déclarations qui ne manquent pas d’agiter la confédération CGT et les syndicats SUD.

Dans la revue de presse de la semaine (« Les échos de la semaine », Politis datée du 13 décembre), nous avons cité les propos de François Hollande, publié dans l’édition du 26 novembre de Sud-Ouest. Intitulé « Hollande combat SUD », l’écho indique que le premier secrétaire du parti socialiste « se félicite de l’évolution réformiste de la CGT », ainsi que l’écrit le journaliste Bruno Dive.

PDF - 227.9 ko
Hollande_Sud-Ouest

« On a intérêt à ce qu’elle évolue [la CGT] ; le syndicalisme que l’on doit combattre, c’est celui de SUD », peut-on lire dans cet article entièrement consacré au chef de file des socialistes. Nous avons aussi ajouté que le syndicat SUD-RATP a réagi à cette vision du syndicalisme et ajouté ce commentaire : « Il n’en fallait pas tant pour confirmer que SUD est désormais le seul adversaire social digne de ce nom dans notre pays ».

Les propos de François Hollande ont également été publiés dans l’édition du 21 novembre de l’Est républicain. François Hollande y livre une analyse fulgurante du conflit des cheminots. Même si, dit-il, le PS français, à la différence de ses voisins, n’a aucun lien avec une centrale syndicale, cela ne l’empêche nullement de trouver que la CFDT a une attitude intéressante. Et d’ajouter : Quand Chérèque dit : « On nous a forcés à faire la grève », il n’a pas tort. Quant à la CGT, décrète notre analyste, elle sortira [du conflit] plutôt mûrie. Après avoir décerné un satisfecit aux deux centrales, François Hollande dit tout le bien qu’il pense de SUD : « En revanche, le syndicat que nous devons combattre, c’est SUD, le syndicat qui ne cherche que la lutte, en lien avec la LCR » (sic).

Les déclarations de François Hollande ont rencontré un franc succès et ont été reprises dans les colonnes du quotidien Le Monde (du 11 décembre) : « Taxés de « jusqu’auboutistes », soupçonnés d’être le bras syndical de la LCR et d’Olivier Besancenot, postier adhérent à SUD, les militants de Solidaires sont énervés. François Hollande, les a attaqués vivement en déclarant « que le syndicalisme que l’on doit combattre c’est celui de SUD » (Sud-Ouest du 26 novembre). « C’est agaçant et grossier, il ferait mieux de s’attaquer à Sarkozy », réplique Mme Coupé [porte-parole de l’union syndicale Solidaires] qui compte demander des explications au premier secrétaire du PS ». Une lettre a ainsi été adressée à François Hollande le 12 décembre (voir le fichier PDF ci-dessous).

PDF - 150.5 ko
Lettre SUD à Hollande

Si les syndicats SUD n’ont pas encore obtenu de réponse aux charges du premier secrétaire du PS, il n’en va pas de même pour la CGT. François Hollande, a en effet promptement réagi aux questions pressantes posées par un cadre honoraire de la SNCF, militant de la CGT et du parti socialiste dans le Vaucluse. Nous vous en livrons ici le contenu.

« Monsieur Gilbert SOULET

N.Réf. FH/Yasn°31168

Cher Camarade,

J’ai bien reçu le courrier que tu m’as adressé le 10 décembre dernier dans lequel vous évoquez une citation qui m’est attribuée dans l’Est Républicain.

Je n’ai accordé à cet organe aucune interview. J’ai simplement eu une conversation dont le journaliste a cru pouvoir tirer cette interprétation. J’ai donc démenti formellement les propos qui y étaient rapportés.

Je respecte l’indépendance syndicale de SUD, même si je peux avoir un jugement sur les formes d’action ou les positions. Mais, c’est vrai de SUD aussi à l’égard du Parti socialiste.

Je ne veux faire, des différences qui peuvent nous séparer, un conflit et encore moins un combat. Et les seules attaques que je porte sont à l’endroit du gouvernement. Et je défendrai tous les syndicalistes victimes de la répression patronale.

Reçois, Cher Camarade, mes amitiés socialistes.

François HOLLANDE »